Soyons clair, au sujet de la loi El Khomri et des ordonnances Macron, je suis dans le camp des opposants. Je pense que de manière générale on cherche à pressurer les petits au maximum afin que les gros en profitent et gagnent de plus en plus. Voilà.

Ceci dit je tiens à vous expliquer une autre forme possible de grève à l'égard de tel ou tel agissement du patronat ou de telle ou telle mesure d'un gouvernement. Il s'agit de la grève travaillée.

Curieux concept allez-vous me dire. Mais laissez-moi donc vous expliquer ;

Le but de cela serait en fait qu'il soit possible que les gens puissent manifester leur opposition (à l'égard de ceci ou de cela) tout en maintenant normale l'activité économique, ou les services publics, afin que les sociétés concernées ne perdent pas trop de parts de marché, ou que les gens puissent continuer à circuler normalement, ou que le pays n'ait pas une mauvaise image etc ...

Je vais d'abord parler du cas des sociétés privées.

L'idée c'est donc que les salariés le souhaitant se mettraient en grève travaillée. C'est à dire qu'ils viendraient travailler comme d'habitude (donc l'activité économique ne serait pas interrompue ou freinée etc ...), et ces salariés ne seraient pas payés.

En contrepartie leur salaire (correspondant à leurs jours de grève travaillée) serait versé par leur employeur à un fond spécial (nous en reparlerons plus loin).

D'autre part pour une société donnée ce sont ses employés qui permettent de générer le chiffre d'affaire de cette société ; donc, si pour une société de 100 employés par exemple, 20 employés se mettent en grève travaillée pendant une journée par exemple, je propose en fait qu'au final 1/5 ème du chiffre d'affaire moyen journalier de cette société soit reversé à ce fond.

Donc pour récapituler les grévistes de la grève travaillée viendraient travailler et ne seraient pas rémunérés pour leurs jours de grève travaillée (par exemple 15 jours en tout), mais leur société verserait leur salaire de ces 15 jours à un fond spécial + elle verserait donc à ce fond spécial une somme équivalent au chiffre d'affaire habituellement généré par ces grévistes pendant 15 jours.

Et donc vous voyez bien que çà ennuiera pas mal les employeurs, car ils devront payer, et çà constituera un très bon moyen de pression pour les salariés. Sauf qu'au final l'activité continuera normalement et donc çà sera moins dommageable pour tout le monde.

Bien sûr il y aurait interdiction que les sociétés souscrivent à une sorte d'assurance qui les dédommagerait en cas de grève travaillée.

Enfin, pour les agents du service public, je propose que çà soit la même chose, sauf que l'Etat reverserait au fond spécial non seulement le salaire des grévistes pendant les x jours de grève travaillée, mais reverserait aussi une somme correspondant au chiffre d'affaire moyen généré par un employé du privé pendant ces x jours.

Et par exemple tous les ans l'argent qui se serait accumulé dans ce fond spécial serait reversé à tous les jeunes venant d'avoir 18 ans. En effet un coup de pouce financiers à ces jeunes, à ce moment-là de leur vie, leur serait bien sûr profitable.

Merci.

Retour